Le processus évolutif

Celles et ceux dont le seul désir est la réalisation d’eux-mêmes sont « en chemin » vers plus d’intelligence, de conscience, d’authenticité et d’amour. Je nomme cela le processus évolutif. Mais attention, ne nous laissons pas abuser par les mots.

Il ne s’agit pas de « se développer », de devenir quelqu’un ou de tendre vers un idéal de perfection mais d’exposer et de défaire l’ignorance de nous-même, celle qui nous empêche de réaliser, d’être et d’incarner l’intelligence, la conscience, l’authenticité et l’amour que nous sommes.

La démarche n’est pas de l’ordre d’une construction, d’un objectif à atteindre ou d’un devenir mais relève davantage du détachement, du lâcher-prise et d’une juste discrimination entre ce que nous croyons être et ce que nous sommes réellement.

Il ne s’agit pas d’une « expansion de conscience » mais de la réduction de notre ignorance. Dans cette perspective, on ne rajoute rien, on enlève, on démantèle, on dépèce et on vide. On se défait des conditionnements, des préjugés, des attachements et des identifications qui nous lient à la condition humaine. On se libère du passé pour réaliser la Vie que nous sommes.

.

« Je n’enseigne pas l’éveil » Darpan

L’état naturel de l’Homme n’a rien à voir avec l’extase ou la béatitude. Il n’a rien de commun avec des états de consciences modifiés, induits par le mental, la drogue, les transes ou les pratiques religieuses.

Ces expériences vont et viennent, elles ne durent pas, l’état naturel est immédiat, irréversible et éternel. Même si aucun Homme n’est parvenu à décrire la nature de son essence, nous pouvons cependant évoquer et préciser les éléments qui se mettent en travers de cette réalisation. C’est ce à quoi je m’emploie, à travers les conférences, les séminaires et les entretiens individuels.

Il ne suffit pas d’avoir lu ou d’avoir entendu dire que la personne relève d’une illusion car, pour nous, en ce moment même, elle nous apparaît comme terriblement réelle et substantielle !

Jusqu’à preuve du contraire, elle est ce que nous sommes et nous devons finalement découvrir que ce n’est pas le cas en abordant la question de façon pratique et en testant chaque « vérité » dans notre expérience vécue.

VOIR notre fausse identité sous ses multiples visages, à travers l’observation et une discrimination intelligente, constitue une étape essentielle dans le grand processus de détachement inhérent au « retour » à l’être.