Cygnes.jpg

Darpan

Ce que nous avons appris et accumulé ne se révèle d’aucune utilité quand il s’agit de découvrir ce que nous sommes réellement.

Darpan (prononcez Darpane) est indépendant de toute lignée, tradition ou religion.

Il a toujours travaillé dans le monde et enseigné, lors de ses weekends et de ses vacances, l’art de se libérer du malheur accumulé et la découverte consciente de Soi.


Il aborde les difficultés sous un angle logique, pratique et sans folklore spirituel, proposant des savoir-faire utiles pour se défaire des noirceurs qui vivent en nous afin de permettre à la Vie que nous sommes, toujours bonne et belle, d’être réalisée en nous au quotidien. Dans une nouvelle phase, il se consacre aux défis de la croissance intérieure (de la personne à l'Être, la mort à soi, la méditation).

Ses séminaires constituent un ensemble intègre et cohérent. Ils couvrent une large palette de thèmes sur la connaissance de soi, la vie, l'amour, la mort de qui nous croyons être, les mécanismes de la souffrance, le couple, la sexualité et l’Aventure intérieure. Ils sont réputés pour aider tout aspirant sincère à gagner en intelligence et en amour et à se défaire des encombrements douloureux et contraignants.

Il propose une synthèse unique entre une approche "éclairée" des mécanismes intérieurs et le processus de dépouillement personnel inhérent à la découverte consciente de soi.

Les gens viennent souvent à Darpan après un parcours dans le domaine du développement personnel, de la thérapie et de la méditation. Pris dans un amalgame entre les approches orientales et les techniques occidentales, ils sont à la recherche d’une vision claire et d’un "mode d’emploi" efficace et accessible.

"On ne vient pas à Darpan pour trouver des trucs et des astuces pour se divertir de notre malheur ou pour mieux le réprimer. On ne vient pas à lui pour rechercher un état de bonheur permanent et illusoire. On s'associe à lui pour gagner en compréhension et en intelligence en explorant consciemment ses difficultés et ses dimensions intérieures."

Darpan-b.jpg

Je ne suis pas un "gourou", un "éveillé" ou un "maître spirituel". Ces mots sont trop connotés, utilisés à tort et à travers. Je ne suis pas un modèle de perfection, de santé ou de moralité et je n’ai pas de pouvoirs particuliers.

Je suis simplement moi-même, un homme simple, dépouillé de l’illusion et des machinations de la personne que je croyais être et mis à genou devant la vaste et profonde splendeur de l’Être, là où le personnel se fond dans l’impersonnel.

Un homme vivait depuis longtemps dans l'Himalaya. Il avait entendu parler de Ramakrishna et était venu le voir.

 

Ramakrishna était assis sous un arbre au bord du Gange, près de Calcutta, où il habitait. L'homme a regardé Ramakrishna ; il pensait qu'il serait un homme extraordinaire mais c'était un simple villageois, sans éducation et très humble.

Alors l'homme qui avait été dans l'Himalaya pour pratiquer le yoga dit : "Je viens de loin et je suis très déçu en vous voyant. Vous semblez être tout à fait ordinaire."

Ramakrishna répondit : " Vous avez raison. Je suis absolument ordinaire. Comment puis-je vous servir, vous qui venez de si loin ? "

L’homme répondit : " Il n'est pas question de service. Vous avez tant d'adeptes ; pour quelle raison ? Pouvez-vous marcher sur l'eau ? Je peux le faire !"

Ramakrishna dit alors : " Tu es fatigué. Assieds-toi un peu et ensuite, si tu veux marcher sur l'eau, nous en profiterons. Combien de temps vous a-t-il fallu pour apprendre l'art de marcher sur l'eau ? "

L'homme répondit : " Près de vingt ans. "

Ramakrishna se mit à rire. " Vous avez gaspillé votre vie. À quoi bon, en premier lieu ? Quand je veux aller sur l'autre rive (le tarif ordinaire à l'époque était de deux centimes) et parce que je suis un homme pauvre et que les gens m'aiment, les gens refusent que je les paie et disent : " Si vous voulez traverser le fleuve, ne parlez pas d'argent. Vous pouvez venir et nous nous sentirons bénis. Il nous suffit d'être avec vous pendant que nous traversons le Gange ". Donc quelque chose qui ne coûte que deux centimes... vous avez perdu vingt ans pour l'atteindre. Vous me surprenez."

L'homme fut d’abord choqué puis, il se rendit compte que ce que Ramakrishna disait était juste : "À quoi bon ? - Je suis devenu un homme de spectacle. Ces vingt années... presque un tiers de ma vie a été gaspillé. Et quelle est ma réussite ? "

La porte d'or est ouverte pour ceux qui sont simples et humbles, qui sont presque des moins que rien, qui n'ont pas de grandes réalisations à proclamer au monde, qui ne portent pas de récompenses et de prix Nobel, qui n'ont pas de quoi se vanter... qui sont tout aussi simples que les oiseaux et les arbres.

Peut-être n'y avez-vous jamais pensé : l’existence entière, les arbres, les nuages, les montagnes, les étoiles, sont tous humbles. Il n'y a aucune arrogance nulle part. Seul un homme qui comprend le secret d'être personne peut entrer par la porte étroite.

 

Osho, The Great Zen Master Ta Hui, Ch 37 (extrait)