Le travail avec Darpan

« Accompagner celles et ceux qui aspirent à se défaire du malheur (les peines accumulés dans le temps ainsi que les schémas négatifs qui leurs sont associés) et éclairer tout un chacun à gagner en conscience et en amour. »       Darpan

Les participant(e)s aux séminaires envoient souvent à Darpan des témoignages et comptes-rendus sur l’évolution de leur travail individuel et nous vous en livrons ici quelques extraits :
.

Témoignage d’un participant.

J’hésitais à te faire un retour car je te sais très occupé aussi en dehors des séminaires, et je te croyais fatigué d’être sollicité par les nombreuses personnes venant te raconter leur « histoire ».

Cependant, on m’a dit que tu appréciais de recevoir des témoignages au sujet des applications concrètes dans le quotidien, de ce travail si particulier (je n’en ai pas d’autres exemples) que nous faisons à ton contact et avec ton impulsion et ton soutien.

Voici donc quelques éléments marquants pour moi, déclenchés par le récent séminaire de 5 jours à Rivoire.

dès la première matinée j’ai exposé le souci et la culpabilité que je ressentais dans la relation avec mon fils de 20 ans.
.
Au
cours de ce séminaire, pour la première fois j’ai vu autrement qu’intellectuellement combien toutes les thérapies, lectures et pratiques pseudo « spirituelles » que j’avais suivies n’avaient fait qu’engrosser pendant des décennies la personne que je crois être (tu remarques que j’utilise ton vocabulaire et tes formules…mais elles me parlent tellement, alors pourquoi pas?).

.

J’ai aussi ressenti beaucoup de tendresse pour le petit garçon que ces thérapies de tous poils avaient reconnu, entendu et apaisé…en surface. Car, et ce ne fut pas le plus facile à reconnaître, j’ai réalisé à Rivoire que mon malheur ne s’était pas allégé pour autant, précisément et paradoxalement à cause de ce « travail sur moi » qui, au fond, ne m’avait servi qu’à me complaire dans mon image de personne souffrante.
.
Subrepticement et insidieusement je m’étais laissé leurrer par une autre histoire, superposée à celle de l’enfance, et j’avais simplement rajouté quelques lignes à mon cv de pauvre-Moi-qui-avait-eu-bien-du-malheur et qui avait eu bien-du-courage-d’essayer-de-s’en-défaire.
.

Je ne suis pas sûr de réussir à traduire finement à la fois la grande subtilité et la grande profondeur de mes prises de conscience à Rivoire, mais je le tente malgré tout.

J’ai aussi senti combien cette fois (je ne l’avais pas perçu aussi fortement lors des autres weekends et séminaires auprès de Darpan) j’étais enfin devenu perméable à l’amour qui émane de lui (je n’ai pas d’autre mot).
.

Je suis également devenu affamé et gourmand de la sincérité avec laquelle Darpan s’adresse à chacun (et qu’il attend de nous également).
.

Auparavant j’étais séduit par l’amour que je sentais émaner de lui, j’en étais envieux, et à Rivoire je l’ai reçu pour moi. Comme si j’avais enfin accepté de le laisser pénétrer en moi.
.

Ce qui m’a souvent tiré les larmes lors de ce séminaire à Rivoire (en entendant les témoignages des uns et des autres ainsi que les réponses de Darpan ou ses renvois en tant que miroir) ce fut de mesurer par contraste le manque de sincérité, de vérité, de transparence dont j’avais souffert dans mon enfance de la part des adultes.J’ai une grande gratitude vis à vis de Darpan pour cette honnêteté, et celle-ci a tellement été porteuse pour moi que j’en ai ait usage moi-même sans attendre la fin du séminaire et mon retour « dans le monde »….

Et les effets ne se sont pas fait attendre: me parler vrai à moi-même, en reconnaissant ce que je n’ai pas encore accepté totalement. Parler vrai à mon fils, sans chercher à le ménager, parler vrai à ma compagne au téléphone au risque de la bousculer… en quelques jours des pans de ces relations se sont remises d’équerre et j’ai senti  grandir en moi mon estime de soi. Je m’efforce de ne rien laisser passer et ce n’est pas une posture. Je sens bien que c’est devenu pour moi une hygiène nécessaire pour maintenir et améliorer la relation avec les personnes qui comptent dans ma vie.
.

Ce pourquoi je ressens le plus de gratitude, c’est cette association entre AMOUR ET VERITE. J’en ai constaté les effets pour chacun des participants du séminaire, et je m’efforce à mon tour d’en faire usage dans mon quotidien, notamment dans ma relation amoureuse et avec mes enfants… Et c’est parce que j’ai le sentiment de commencer à gagner en vigilance et en intelligence, et que j’en vois les effets concrets et positifs dans ma vie quotidienne, que je souhaite continuer ce travail auprès de Darpan.
.

Il a été beaucoup question d’éveil à Rivoire. Pour ma part cela fait un moment que j’ai laissé de côté cette quête, car ce qui m’importe aujourd’hui c’est de vivre ma vie, persuadé que la solutions aux difficultés de la vie, c’est de vivre sa vie, en accueillant ce qu’elle génère comme émotions (vues comme des clés énergétiques potentiellement libératrices) et en les laissant traverser mon corps par les sensations qui les accompagnent.
.

Une des grandes leçons de Rivoire fut celle-ci : « lorsque je rencontre une situation qui réveille en moi une vieille blessure, je ne fuis pas, je ne lutte pas, je ne ruse pas. Je me laisse traverser ET AUSSI je ne m’inflige pas à moi-même une autre peine à cette occasion »…

Par exemple si je ressens un rejet, par les paroles ou le comportement de ma compagne, je ne me rejette pas moi-même de surcroît. Car ma personne adapte ses stratégies et affine ses stratagèmes au fur et à mesure que je gagne en perspicacité et en honnêteté intérieures, et cette « compétition » avec elle ne souffre pas de répit.

J’ai « vu » à Rivoire que ma personne a une patience infinie associée à une parfaite connaissance de mes forces et faiblesses (normale, ce que je crois être se confond avec elle). Elle sait attendre, elle sait me laisser croire que « je suis arrivé quelque part », que je l’ai devancée ou déjouée. Ce fut troublant et à la fois fascinant de « voir » cela à Rivoire à mesure que le processus du séminaire (à la faveur de l’impulsion de Darpan et de la motivation des participants) déployait ses effets pour tous ceux qui voulaient bien les capter en conscience.
.

Les paroles de Darpan, comme «vous devez gagner en compétence sensible pour devenir plus intelligent, plus fin, plus déterminé que la Personne » sont devenues « réelles » pour moi à Rivoire.Jusqu’alors elles me paraissaient tout à fait pertinentes et séduisantes, mais là j’ai VU en temps réel ici et maintenant combien cela se jouait EN MOI.

Donc satisfaction « ah, je comprends vraiment ! » mêlé d’un sentiment de responsabilité « c’est moi le guerrier qui suis seul et en première ligne fasse à la personne que je crois être. Donc le défi est d’importance, c’est le moment de savoir, de décider et d’assumer ce que je veux vraiment : ou bien continuer à enchaîner les satsangs et divers séminaires en grossissant mes connaissances sur la non dualité, la personne et l’être, et blabla blabla…

OU BIEN retrousser mes manches et faire ce qu’il faut pour alléger ce corps de souffrance auquel je me suis identifié depuis 63 ans et qui a permis à la personne de se préserver et de me pomper mon énergie vitale, tout en me laissant des miettes comme une colocataire qui oeuvrerait de subterfuges pour que je la garde chez moi bien qu’elle vive à mes dépens..

En échange elle attirait un minimum d’attention des autres, elle me permettait d’obtenir des miettes d’amour, de considération et de « petites excitations qui aident à supporter la vie qui est si dure » mais bien sûr elle me tenait « par les couilles » puisqu’en fine connaisseuse de sa créature (moi), elle savait que le déni de soi était ma faille béante, mon gouffre potentiel, le précipice de terreur de mort dont je ne voulais surtout pas approcher le bord .

Exemples plus précis de mise en pratique de tout cela :

AVEC MON FILS
.
Dès la pause déjeuner du 1er jour de séminaire je l’ai appelé, et j’ai alors senti que mes inquiétudes, jusqu’alors alimentées par mon « impuissance douloureuse », s’étaient replacées à une proportion plus justes.

Nos échanges des jours suivants nous ont amenés à nous revoir hier. Ce fut un magnifique moment d’échange, dans la vérité et dans la bienveillance et sans complaisance.Je peux désormais enfin jouer à plein mon rôle de papa auprès de lui en ressentant l’amour plus fort que la peur. J’ai désormais rétabli sa confiance et une proximité-fluidité de dialogue avec lui. Je suis prêt, avec lucidité et pragmatisme à jouer mon rôle de grand père vis à vis de cet enfant à naître en août dont la venue générait en moi des peurs que je ne voulais pas reconnaître (car la situation matérielle et psychologique du couple est précaire et complexe).
Merci Darpan
.

AVEC MA BIEN-AIMEE

Ayant perçu entre les mots qu’elle était partagée entre la satisfaction de me savoir à un séminaire essentiel pour moi…et la peur que j’y rencontre une femme « plus intelligente qu’elle, plus avancée, plus ceci plus cela » et que je la rejette… Je l’ai appelée en milieu de séminaire et je me suis étonné moi-même de la force tranquille et assurée avec laquelle (tout en l’écoutant avec empathie) j’ai confronté la personne en elle, qui re-glissait dans le pli ancien du rejet et du déni de soi.Cette longue conversation téléphonique depuis Rivoire lui a montré que pour moi, suivre un séminaire auprès de Darpan n’était pas l’occasion d’aller nourrir le « chercheur spirituel » en quête d’expériences, et de m’éloigner par là même de l’homme incarné qui partageait sa vie de femme… j’étais porté par l’énergie et par mes prises de conscience du séminaire, ce qui m’a permis de lui parler depuis cette vérité aimante sans complaisance. Et c’est ce qu’elle a reçu à 500 km de distance…

Voilà en quoi Rivoire a aussi contribué à enrichir et approfondir notre relation amoureuse, tout en ouvrant de nouveaux champs d’exploration… L’aventure intérieure est en route, rien n’est acquis et d’autres angles morts sont à éclairer. Mais c’est merveilleux pour moi et pour ma bien-aimée de sentir que nous avons cette aspiration en commun. Et nous nous réjouissons de participer au séminaire en Avignon sur « doute et déni de soi ». Merci Darpan

Ce qui précède, c’est quelques échantillons (ceux dont je suis conscient) des effets de Rivoire.

Mais à y bien regarder c’est depuis 4 années que « l’aventure intérieure » a commencé à œuvre en moi, dans le secret de mes plis intérieurs.

Et c’est pourquoi je sollicite ton attention encore quelques minutes pour lire ce qui suit.
.
Car il y a ce qui est « visible » lors d’un séminaire auprès de Darpan (et juste après) : des prises de conscience, des remontées émotionnelles, des stratégies de ma personne enfin mises à jour, des morceaux d’identification qui se fissurent, des images de « moi » qui me sautent aux yeux dans le miroir que Darpan ou des participants me tendent, une vigilance accrue sur la crête entre « je suis vrai » et « je joue un rôle » dès que je sors de la salle et que j’entre en interaction avec autrui…etc.
.

Mais il y a aussi, et je souhaite te le partager, un « travail » qui s’est fait en moi de façon beaucoup plus silencieuse, quasi inconsciente et pourtant bien réelle, à une certaine profondeur de mes tissus d’homme incarné dans le monde :
.

Lorsque j’ai découvert Darpan via des captations vidéo sur internet en 2013, ce fut comme une lumière attirante supplémentaire pour le « papillon spirituel » que j’étais alors…

Je n’étais pas conscient à l’époque que c’était la « personne en quête de réalisation » qui était séduite. De même, la lecture du livre l’aventure intérieure  a été « consommée » davantage qu’intégrée.

Et j’ai vécu le séminaire de l’été 2014 en Normandie comme une expérience à rajouter à ma longue liste de stages, thérapies et enseignements suivis depuis des décennies.

Bien sûr c’est seulement aujourd’hui que je mets ces mots-ci sur cette expérience-là.
.

Et totalement enthousiasmé par la croyance que « j’avais trouvé enfin chez Darpan l’Amour et la Vérité dont j’avais un criant besoin pour m’affranchir de mon malheur », j’ai sollicité dans la foulée une séance individuelle par Skype.

Mais ma personne fut tiraillée entre son envie d’être reconnue et sauvée par « Papa Darpan », et sa peur d’être mise à poil, dépouillée, démasquée par le reflet bienveillant mais sans complaisance de « Miroir Darpan »…

Alors la peur a pris le dessus, accompagnée par la honte (oh, Déni de soi, mon compagnon de route si ancien et si fidèle!) et je n’ai même pas eu le courage d’allumer skype le jour venu ni d’expliquer à Darpan ensuite ce qui s’était passé.
.

Pendant quasiment 4 années, je n’ai pas rouvert « l’aventure intérieure » pourtant si copieusement surlignée, je n’ai pas réécouté la moindre captation vidéo, et bien sûr je ne me suis pas réinscrit à un séminaire avec Darpan. Je reconnais avoir eu l’attitude si risible (de l’extérieur) de celui qui cache le miroir lorsque ce dernier lui renvoie un trait de son visage qu’il trouve disgracieux.
.

La peur du  miroir de vérité personnifié par Darpan subsistait en moi, ce qui ne m’empêchait pas, dans l’intime de mon intime, de reconnaître la pertinence et l’efficacité de son enseignement et de sa façon d’aborder la masse émotionnelle… j’ai continué à papillonner dans ma quête de mieux être, sans réelles « avancées », mais tout de même en gagnant peu à peu en vigilance et en intelligence sensible (c’est aujourd’hui avec le recul que je peux l’affirmer).
.

Et c’est en traversant un épisode de dépression sévère en 2016-2017 que tout seul avec moi-même, j’ai été guidé par  la « substantifique moëlle » de ce que j’avais perçu chez Darpan (c’est seulement aujourd’hui que je peux le voir comme ça) pour ne pas fuir, ne pas lutter, ne pas ruser face à toute cette masse de peine gluante, apeurante, écoeurante, croupie, obsolète…qui remontait chaque jour dès le réveil du fond de mon ventre et me clouait au lit jusque parfois en début d’après midi.

.

Il est vrai aussi que les circonstances extérieures (séparation, retraite) m’affranchissaient du souci de donner le change (auprès des collègues, de l’employeur, de l’épouse, des enfants et des soit disant amis) en refoulant au fond de moi tout ce magma… J’ai donc pu le laisser remonter, comme j’ai pu et sans filet.
.

Mais aujourd’hui (c’est aussi pour cela que je prends le temps de t’écrire ce témoignage quitte à ce qu’il te paraisse maladroit et lourd à la lecture) je sais que Darpan m’a aidé à distance à traverser cette période et m’a accompagné en silence au coeur de mon laboratoire intime, en me dépatouillant avec mon processus « bricolé maison ».
.

Après cet épisode je me suis senti allégé et j’ai pu vérifier que de la place avait été libérée en moi : pour plus de joie de vivre, plus d’ancrage avec le « réel du quotidien », plus d’envie de contacts humains simples et à la fois de qualité, plus de contentement d’assumer le moi que j’incarne dans cette vie, plus de plaisir à être en contact avec la nature…
.

Et comme par hasard, après cet épisode dépressif, j’ai rencontré mon amoureuse. Avec laquelle d’emblée j’ai eu à cœur d’avoir des échanges profonds et essentiels, en accord (toute proportion gardée et modestement) avec ce que Darpan appelle « le Mariage de Vérité »
.

C’est alors que je me suis senti « appelé » (désolé pour cette terminologie un peu New Age) intérieurement à renouer à nouveau, consciemment, concrètement et physiquement, avec l’énergie et l’approche de Darpan. J’ai donc sensibilisé ma compagne à son enseignement. Elle a senti que pour moi une relation amoureuse entre nous ne pouvait s’envisager, de façon profonde et durable, en dehors de cette « hygiène » relationnelle…et par bonheur elle a de suite perçu dans les vidéos et quelques passages clés du livre, qu’elle adhérait et « vibrait » à ce que Darpan proposait.
.

C’est ainsi que nous avons suivi ensemble le séminaire « l’intimité entre l’homme et la femme » à Paris en mai dernier, qui nous a permis, au delà de nos expériences intérieures et personnelles lors de ces 3 jours, de partager un socle commun reposant sur l’énergie et l’approche concrète et pragmatique de Darpan.
.
Cela constitue pour notre relation un socle de référence commun, mais aussi et surtout une aide au quotidien pour nous aider mutuellement à gagner en intelligence sensible pour ne pas fuir, lutter ou ruser lorsque nos égos déploient leurs kits de survie, lorsque nos personnes réagissent et tentent de nous entraîner dans des jeux inconscients pour continuer à exister et nous faire croire que ce que nous sommes se limite à ce qu’elles ont délimité…
.

Je suis ému à te partager cela car c’est vraiment un des plus précieux cadeaux que j’ai reçu dans cette vie, et c’est aussi ce qui alimente ma gratitude et m’a donné le courage d’écrire cette lettre.D’autant plus que la date de mon anniversaire  est tombée au cœur du séminaire de Rivoire.
.

Et moi qui d’ordinaire prête peu d’attention à ce genre de célébration, j’ai été très touché de cette synchronicité.

Témoignage d’une participante

Une semaine après ce magnifique et puissant séminaire à Rivoire, j’ai le recul pour voir ce qui a changé en moi. Ce séminaire a été l’aboutissement d’un processus commencé fin décembre et marque le début d’une nouvelle phase. Tu m’avais parlé de changement de saison, c’est bien de cela qu’il s’agit !

Bien sûr, la personne a repris en partie le devant de la scène mais bon nombre de protections sont parties et je me sens plus libre et plus naturelle dans mes relations. La méfiance que j’avais vis-à-vis de la Vie s’est nettement amenuisée (en reste-t-il ?) et je suis dans le mouvement de m’abandonner et de m’en remettre à elle. 

Le fait d’avoir reconnu ce que je suis a une conséquence que je n’aurai pas imaginée. Je suis en capacité maintenant de dire directement et simplement ce qui ne me convient pas et d’en assumer les conséquences. La Vie m’envoie plein de tests à ce sujet ! 😊 Je reste alignée sur ce que je ressens, je ne peux plus accepter les distorsions à l’intérieur de moi, le prix à payer en est trop grand.

Je ressens beaucoup d’énergie et beaucoup de bon. C’est tellement puissant et tellement bon que j’ai du mal à l’accepter et que je rentre en lutte. C’est incroyable comme ma capacité à accueillir le bon est limitée ! En même temps, je me sens littéralement fondre dans ce bon.

Pour finir, ton coup de semonce à mon égard l’été dernier a fini par porter totalement ses fruits. J’ai mis 10 mois à voir et ressentir profondément en moi ce mécanisme de l’ego qui consiste à m’envoyer des problèmes intérieurs à résoudre pour me détourner de ce qui est dangereux pour la personne. C’est maintenant pleinement vu et je ne me laisse plus avoir ! Je n’aurai jamais assez de mots et de gratitude pour te remercier. Sans toi, j’aurais certainement tourné en rond dans ce mécanisme jusqu’à la fin de ma vie.

Je suis à genoux devant la Vérité qui s’exprime à travers toi et, pour la 1ère fois, l’expression chercheur/ chercheuse de Vérité fait sens pour moi. Je n’aspire qu’à faire Un avec cette Vérité à à gagner en Amour encore et encore. J’attends l’homme qui m’accompagnera dans cette aventure. Cela devient ma priorité.

Comment te remercier pour tout ce que tu fais pour nous, toute cette Energie et cet Amour que tu déploies pour nous réveiller, quitte à en être épuisé ? Les mots sont impuissants…